Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Bouleversements sociaux et contre-sorcellerie manjak (Guinée-Bissau/Sénégal)
Author:Teixeira, MariaISNI
Year:1998
Periodical:Cahiers de sociologie économique et culturelle
Issue:30
Pages:63-87
Language:French
Geographic terms:Senegal
Guinea-Bissau
Subjects:Mandjak
healing rites
witchcraft
Abstract:Des membres de l'ethnie des Manjak, au nombre d'environ 82.000, du nord-ouest de la Guinée-Bissau ont émigré vers le Sénégal ou la Gambie et vers l'Europe. Les émigrés doivent retourner régulièrement en Guinée-Bissau pour y accomplir leurs obligations rituelles et familiales. L'auteur de cet article s'est intéressé aux Manjak installés à Ziguinchor, capitale de la Casamance au Sénégal, et elle a travaillé avec des femmes originaires du royaume de Babok, dont le rôle dans la lutte contre la sorcellerie n'a cessé de croître. Leurs compétences ne se limitent plus aux seuls problèmes considérés comme féminins et manjaks mais elles s'occupent aussi de patients masculins ou membres d'ethnies limitrophes. Dans un monde en changement accéléré, la sorcellerie est liée à l'innovation et à la transgression des coutumes. Par réaction, la contre-sorcellerie se diversifie et son importance augmente. Les devineresses-guérisseuses permettent le réajustement de la communauté manjak et de ses membres à un monde entre chaos et remise en ordre; elles forment des points d'équilibre entre reproduction sociale et mutation. L'analyse de la structure des rituels divinatoires et thérapeutiques manjak, concrétisée dans cet article par des organigrammes et tableaux, permet d'appréhender dans cette société les représentations du monde occulte, de l'infortune, de la maladie et de la guérison. Bibliogr., notes, réf., rés. en français et en anglais (p. 173).
Views