Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home Water and Africa Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Gestion des grands fleuves allogènes et logique de conflits à venir dans les milieux secs tropicaux africains
Author:Dione, OlivierISNI
Year:2000
Periodical:Les cahiers d'outre-mer
Volume:53
Issue:211
Pages:213-230
Language:French
Geographic terms:West Africa
Sudan
Ethiopia
Chad
Subjects:river basin organizations
water management
rivers
water supply
Abstract:Les milieux tropicaux secs africains s'étendent en une bande zonale de l'océan Atlantique à la mer Rouge. Le tracé des isohyètes changeant d'une année à l'autre, le milieu fluctue entre le Sahara et le domaine soudanien, couvrant Mauritanie, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Soudan, Éthiopie. Ces pays ont pour dénominateur commun l'aggravation de l'insécurité climatique et la précarité des ressources en eau. Face au croît des populations et à l'augmentation des besoins en eau, les fleuves allogènes qui traversent ces milieux restent les seuls fournisseurs d'eau à valoriser. La gestion de ces eaux fluviales pose des problèmes d'autant plus aigus qu'à leur caractère allogène se greffent de fortes disparités de besoins d'amont en aval et entre États riverains. Les divergences d'intérêts conduisant à des risques de conflits, la nécessité de gestion requiert une évaluation rigoureuse des disponibilités en eau et de la demande, ainsi qu'un préalable de concertation et de définition des priorités entre riverains et utilisateurs sur les modalités d'un partage à bon escient. La Guinée (non membre de l'OMVS, Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal) qui abrite les branches mères du Sénégal et du Niger, et l'Éthiopie qui comprend les sources du Nil Bleu, de l'Atbara et du Sobat, soit 85 pour cent des apports du Nil, sont des acteurs incontournables à toute entreprise hydraulique de grande envergure. Les problèmes de priorités nationales qui touchent l'OMVS et l'UNdugu ('fraternité' en swahili), organisme qui réunit les riverains du bassin du Nil, montrent qu'il est urgent de redéfinir les cadres institutionnels et juridiques à l'ensemble des bassins versants pour mieux harmoniser l'évaluation et la gestion des ressources en eau dans les milieux secs tropicaux africains. Bibliogr., notes, rés. en français et en anglais.
Views