Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home Islam in Africa Go to database home

bibliographic database

Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:La question de la figuration dans l'islam et la peinture sous verre sénégalaise
Author:Sylla, AbdouISNI
Year:2001
Periodical:Éthiopiques: revue socialiste de culture négro-africaine (ISSN 0850-2005)
Issue:66-67
Pages:97-122
Language:French
Geographic term:Senegal
Subjects:Islam
painting
art
Link:http://ethiopiques.refer.sn/spip.php?article1281
Abstract:Dans une première partie, cet article considère de manière générale la question de l'art musulman figuratif et de l'interdiction de la figuration. Les différentes interprétations de cette interdiction ont conduit à des situations très variées, tant au cours de l'histoire qu'à travers les aires géographiques du monde musulman. Si les représentations de l'homme sont exceptionnelles, Dieu et le prophète ne sont jamais représentés. Cependant, un art figuratif arabo-musulman s'est développé, aboutissant à l'enluminure. La deuxième partie traite de la peinture sous verre sénégalaise et en fait l'historique. Celle-ci a été introduite au début du vingtième siècle, à partir de la Tunisie et du Maroc, par des marchands arabes et berbères, des marabouts et des lettrés musulmans sénégalais. L'époque est celle de la domination coloniale, marquée par l'émergence de nouvelles confréries musulmanes, qui conduisent une action de résistance politique nationale. En outre, l'image de la peinture sous verre permet à l'individu qui la possède de manifester son appartenance à telle ou telle confrérie et de s'identifier, à titre individuel, à une communauté: d'où l'omniprésence des images de saints et de personnages fondateurs de confréries. Plus tard, sous la deuxième génération de peintres sous verre, cet art se sénégalise résolument et s'émancipe à l'égard des modèles arabo-berbères importés, tout en étant support et véhicule du message religieux. Vers la fin de la période coloniale, il substitue aux thèmes et aux figures religieux des thèmes profanes et assume une fonction esthétique. C'est aujourd'hui la forme d'art plastique la plus répandue et la plus populaire au Sénégal. Ses techniques se sont diversifiées, sa production est abondante et de qualité. Bibliogr., notes, réf.
Views