Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Le démantèlement de la filière coton
Author:Hugon, PhilippeISNI
Year:2003
Periodical:Géopolitique africaine
Issue:9
Pages:139-147
Language:French
Geographic terms:French-speaking Africa
Subsaharan Africa
Subjects:economic policy
cotton
privatization
Abstract:Aujourd'hui, le 'consensus de Washington' est remis en question. Le cas du coton en Afrique zone franc (notamment Bénin, Burkina Faso, Mali, Tchad, Côte d'Ivoire, Cameroun) est révélateur dans ce domaine. Depuis une décennie, un débat parfois violent a opposé la Banque mondiale à la Compagnie française de développement du textile (CFDT) et les sociétés cotonnières d'une part, et l'Agence française de développement et la Coopération française d'autre part. Depuis le début de la Seconde Guerre mondiale, la filière coton dans les pays africains de la zone franc (PAZF) était une filière publique intégrée, conçue dans la logique du système colonial et post-colonial, où l'État jouait un rôle majeur. Cette filière intégrée présentait toutefois des inconvénients: confusion du service public et des fonctions économiques, faible incitation à la diversification, rigidité liée à l'intervention de l'État, monopole de la CFDT. La chute et la volatilité des cours, ainsi que les dysfonctionnements internes de la filière coton, liés notamment aux détournements des fonds de stabilisation, ont provoqué une crise financière, ce qui obligeait à trouver de nouvelles règles. Dans un contexte d'endettement conduisant à des politiques d'ajustement, la conditionnalité de libéralisation et de la privatisation a été imposée par la Banque mondiale dans le secteur du coton. Or, le contexte des pays sahéliens est fort éloigné de ce que supposent les modèles de référence de la Banque mondiale. À la différence de la Banque mondiale, la Coopération française et les États africains considèrent que la question de la gestion est plus importante que la libéralisation. Les réformes selon le 'modèle' français impliquaient la mise en place d'un dispositif contractuel ainsi qu'un système de stabilisation des prix flexible. Les études empiriques menées par l'auteur conduisent à des résultats plus positifs pour les filières intégrées ou contractualisées que pour les filières libéralisées des PAZF. Notes. [Résumé ASC Leiden]
Views