Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database

Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Centrafrique, un destin confisqué
Author:Laloupo, FrancisISNI
Year:2003
Periodical:Géopolitique africaine
Issue:9
Pages:217-229
Language:French
Geographic terms:Central African Republic
France
Subjects:political stability
rebellions
military intervention
Abstract:Fin octobre 2002, la République centrafricaine a connu la cinquième tentative en six ans, de renversement par la force du régime d'Ange-Félix Patassé. L'agitation qui sévit depuis la première mutinerie de 1996 s'inscrit dans la tumultueuse histoire de ce pays après l'indépendance. En fait, la Centrafrique est toujours demeuré un pays sous tutelle française. Depuis 1981, sous le régime militaire du général André Kolingba, on voit l'application systématique d'une politique fondée sur des paramètres ethniques. À l'issue des élections présidentielles de 1993, André Kolingba, manifestement 'lâché' par Paris, doit reconnaître la victoire d'Ange-Félix Patassé, leader du Mouvement du peuple centrafricain (MPLC). Cet 'homme nouveau', Premier ministre de Bokassa en 1977, apparaissait, aux yeux de la jeunesse, comme un opposant à la politique française en Centrafrique. Pourtant, c'est bien avec la bénédiction de Paris que Patassé était revenu dans son pays. La France aide Patassé à plusieurs reprises à mater les mutineries. La misère généralisée, la mauvaise gouvernance et la corruption constituent un terreau favorable de l'action des mutins. Mais par-delà les revendications corporatistes (arriérés de soldes dus à des milliers de soldats), les mutineries successives ont intensifié la division ethnique, entre les Karako, l'ethnie de Patassé, et les Yakoma du Sud. En 1998 la France retire ses troupes de Bangui et Patassé conclut une alliance avec la Libye. Après la tentative de coup d'État de mai 2000, la tension entre le Tchad et la Centrafrique grandit. Les chefs d'État de la sous-région élaborent une réconciliation entre les deux pays et mettent en place une force de sécurisation du territoire sous l'égide de la Cemac. Notes, réf.
Views