Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:La brutalisation du champ politique ivoirien, 1990-2003
Author:Vidal, ClaudineISNI
Year:2003
Periodical:African Sociological Review (ISSN 1027-4332)
Volume:7
Issue:2
Pages:45-57
Language:French
Notes:biblio. refs.
Geographic terms:Ivory Coast - Côte d'Ivoire
West Africa
Subjects:violence
political conditions
resistance
1990-1999
politics
political science
Political crisis
social history
External link:https://www.jstor.org/stable/43657702
Abstract:Il fut un temps où la culture de la paix était, dans le discours public, le symbole même de la Côte d'Ivoire. Dans cet article, l'auteur s'attache à repérer des ruptures dans le répertoire des actions politiques, à situer les moments où des hommes et des groupes franchirent des seuils de violence jusque-là inconnus, alors qu'ils auraient pu choisir d'autres formes d'action. L'auteur date le début de la brutalisation des rapports de force politique dès les années 1990 déjà, du vivant de l'habile président Houphouët-Boigny, dont l'ère n'avait d'ailleurs pas été aussi paisible qu'elle en avait la réputation. Par la suite, l'introduction du multipartisme et la difficile succession de Houphouët-Boigny (mort en décembre 1993) déchaîneront les ambitions des prétendants au pouvoir présidentiel. Les élections présidentielles du 23 octobre 1995 inaugurèrent, pour l'opposition, le recours politique à l'usage illégal de la force. Ce recours constitue une rupture essentielle des modalités de la confrontation politique qui avaient jusqu'alors existé. À l'extérieur des partis politiques, les pratiques de brutalisation gagnèrent les milieux journalistiques, intellectuels, étudiants, religieux, malgré les résistances qui pouvaient s'y opposer. L'épisode des violences et spoliations contre des 'allochtones' (Burkinabé) - contre lesquelles les autorités ne prennent pas de mesures effectives - à Tabou en novembre 1999, marque une rupture significative dans les relations entre Ivoiriens et étrangers. Une dynamique de 'miliciarisation', accompagnant la violence par les forces armées d'État, suivit le coup d'État militaire du 24 décembre 1999 et la tentative de coup d'État du 19 septembre 2002. La guerre civile entra dans la vie quotidienne et donna lieu à des violences extrêmes qui auraient été, quelques années plus tôt, impensables en Côte d' Ivoire. Notes, réf. [Résumé ASC Leiden]
Views

Cover