Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database

Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Les OGM: chance ou menace pour l'Afrique?
Author:Muyengo Mulombe, SébastienISNI
Year:2004
Periodical:Congo-Afrique: économie, culture, vie sociale
Volume:44
Issue:382
Pages:94-103
Language:French
Geographic term:Africa
Subject:biotechnology
Abstract:Concernant la question des OGM (Organismes génétiquement modifiés), les grandes firmes agrochimiques ou semencières, le monde scientifique, le politique et la société civile ont tous leur propre approche du phénomène. On ne peut pas nier les possibilités qu'offre la biotechnologie de résoudre le problème de la faim dans le monde, particulièrement en Afrique. Cependant, les OGM font peur à divers niveaux. D'abord sur le plan économique par le fait de la concurrence. Par ailleurs, la façon dont se développent les techniques transgéniques est destinée, à 97 pour cent, aux pays développés. Elle répond aux besoins d'une agriculture intensive qui n'est pas celle des pays pauvres. L'essor des biotechniques risque de transformer les pays du Sud, riches d'une biodiversité inégalée, en gigantesque terrain de prospection de gènes, qui sont la matière première des entreprises des 'sciences de la vie' occidentales. De plus, les OGM constituent une menace réelle pour l'environnement, et ce, plus pour les pays du Sud. Enfin, la faim dans les pays du Tiers-Monde est souvent due au manque de moyens de production; problème que les OGM ne pourront résoudre. Avec la généralisation des OGM et le système de brevetage, les peuples du Sud risquent d'être dépouillés de leurs ressources naturelles, ce qui ne peut qu'accroître la famine, favoriser l'exode rural en provoquant la destruction de l'écosystème. Plutôt qu'avancer un 'non' catégorique aux OGM, l'auteur prône un encadrement du phénomène à trois niveaux. D'abord à celui des États qui doivent se donner les moyens de mettre en application la convention du Sommet de la Terre, tenu à Rio de Janeiro en 1992, qui leur accorde la propriété légale des ressources génétiques des espèces animales ou végétales de leur territoire. Ensuite, les consommateurs doivent refuser les stratégies de séduction des multinationales de l'alimentaire. Le troisième niveau est celui de la solidarité entre les grands agriculteurs des pays du Tiers-Monde et les petits agriculteurs des pays riches qui doivent développer des mécanismes de résistance en recherchant des solutions alternatives. Note, réf. [Résumé ASC Leiden]
Views