Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database

Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:Léopold Sedar Senghor et l'idéologie française
Author:Gautron, Jean-ClaudeISNI
Year:2003
Periodical:Revue juridique et politique des états francophones
Volume:57
Issue:3
Pages:263-266
Language:French
Geographic terms:French-speaking Africa
Subsaharan Africa
Senegal
Subjects:political ideologies
politicians
About person:Léopold Sédar Senghor (1906-2001)ISNI
Abstract:Ce texte traite des idées politiques de Léopold Sedar Senghor (1906-2001) et du rapport que celui-ci entretenait avec les idéologies françaises. Senghor n'appréciait pas le principe de l'unité et de l'indivisibilité de la République, qui selon lui était susceptible d'empêcher ou de retarder certaines évolutions qu'il jugeait souhaitables ou inévitables, comme la formation d'un lien durable de type fédéral entre la France et les territoires français d'Afrique noire. Dès 1959, il avait voulu que soient constituées des régions, dont la Casamance, Sénégal. De l'extérieur, il soutenait la cause de l'intégration européenne. Il fit principalement reproche - reproche qui s'avéra prémonitoire - à la loi-cadre du 23 juin 1956, dite loi Deferre, d'introduire la 'balkanisation' de l'Afrique noire française. Président du Sénégal, et soucieux d'une bonne 'gouvernance', il a choisi que son pays évolue vers le pluralisme politique bien avant la plupart des autres États de l'Afrique subsaharienne. L'ouverture au pluralisme et le retrait spontané de Senghor de la vie politique le 1er janvier 1981, alors qu'il avait été réélu en 1978, n'ont obéi à aucune conditionnalité politique interne ou externe, fait rare dans la pratique politique en Afrique. Il a soutenu l'usage systématique de la langue française parallèlement à l'anglais dans les institutions internationales publiques et privées pour avancer sur la voie de la 'civilisation de l'universel', qu'il ne confondait pas avec le mondialisme, unificateur et réducteur. Sa conception interculturelle de la politique s'appuyait sur le 'dialogue des cultures' et non le choc des cultures. [Résumé ASC Leiden]
Views