Go to AfricaBib home

Go to AfricaBib home AfricaBib Go to database home

bibliographic database
Line
Previous page New search

The free AfricaBib App for Android is available here

Periodical article Periodical article Leiden University catalogue Leiden University catalogue WorldCat catalogue WorldCat
Title:L'enjeu du coton
Author:Miroudot, Sébastien
Year:2004
Periodical:Géopolitique africaine
Issue:13
Pages:43-57
Language:French
Geographic terms:Mali
Burkina Faso
Benin
Chad
Subjects:WTO
prices
trade negotiations
cotton
Abstract:Le coton est la principale culture d'exportation dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre. Or, entre 1997 et 2002, le cours du coton a diminué de 50 pour cent. Les 5 milliards de subventions accordées chaque année par les pays développés, notamment les États-Unis et l'Europe, à leurs producteurs de coton ont eu un rôle prépondérant dans cet effondrement des cours aux conséquences dramatiques sur les économies africaines. Au mois d'avril 2003, quatre pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre - Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad - ont déposé à l'OMC une proposition d'action pour remédier à la crise que traverse leur filière cotonnière. Ils demandent, dans le cadre de la négociation agricole du Programme de Doha pour le développement, l'adoption d'un plan d'élimination des subventions qui provoquent des distorsions sur le marché mondial, ainsi qu'une compensation financière pour le préjudice qu'ils subissent tant que ce plan n'est pas mis en oeuvre. Or, à la conférence de Cancun, en septembre 2003, l'OMC n'est pas parvenue à un accord sur ce sujet. L'Afrique de l'Ouest et du Centre représente une part relativement faible de la production mondiale de coton (5 pour cent), mais une part significative des exportations (13 pour cent en 2002) ce qui en fait le deuxième exportateur mondial, après les États-Unis. D'une part, l'Afrique de l'Ouest et du Centre dispose d'un avantage comparatif dans la production cotonnière (climat et sol, récolte manuelle qui fournit une meilleure qualité), d'autre part, il n'existe pas dans la région d'autre culture d'exportation offrant la même compétitivité économique et pouvant remplacer le coton. Au bout du compte, la disparition des subventions au coton est inéluctable; cependant, il y a peu d'espoirs de voir évoluer les positions américaines et européennes à court terme. En attendant, on peut se demander ce qu'il va advenir de la filière cotonnière africaine. L'on prévoit, à moyen terme, des cours relativement faibles. Il y a des marges de progrès dans la compétitivité de la filière, en améliorant les rendements, la fourniture des intrants, la qualité de la récolte, les infrastructures de transport. À plus long terme, le défi que devra relever le secteur cotonnier africain est celui des évolutions technologiques. Note, réf. [Résumé ASC Leiden]
Views